Accueil / Sports collectifs / Basketball / Basket-ball : l’année de la relance
La Fédération mise beaucoup sur les jeunes.
La Fédération mise beaucoup sur les jeunes.

Basket-ball : l’année de la relance

La Fédération mauricienne de basket-ball est en pleine mutation. 2016 a été marquée par la nomination d’un nouveau comité directeur, le changement de directeur technique national et l’attribution de l’organisation de l’AfroBasket U16 à Maurice.

L’accent est mis sur les jeunes et la formation. La Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB) s’est attelée à consolider ses bases pour avoir une pépinière de joueurs. Elle veut des entraîneurs et des cadres qualifiés pour encadrer nos jeunes.

Ainsi, le Centre national de formation de basket-ball (CNFBB), lancé en décembre 2015, a réellement pris son envol en 2016. Le tournoi de 3×3 et les missions de détection à Maurice et à Rodrigues ont permis d’accueillir une centaine de jeunes, garçons et filles, qui s’entraînent régulièrement.

Les U16 garçons ont participé, hors concours, au championnat de la Division 1, et les U21 sont en lice dans la Super League. C’est dans cette optique et pour préparer les Jeux des îles de l’océan Indien 2019 que la FMBB s’est battue pour obtenir l’organisation de l’AfroBasket U16 qui se tiendra à Maurice en juillet/août 2017.

Chamboulement

L’Assemblée générale élective s’est tenue le dimanche 16 octobre au siège de l’association au gymnase de Phœnix. Hedley Han, qui avait remplacé l’ancien président Philippe Lee Kam Chung en décembre 2015, a été reconduit à la présidence.

La direction technique nationale a été chamboulée avec le non-renouvellement du contrat du Français Charles Tassin en avril. La FMBB s’est de nouveau tournée vers l’hexagone pour embaucher Jean-Paul Rebatet, qui est arrivé à Maurice le 5 août.

Au niveau de la compétition, le Real de Port-Louis a une nouvelle fois remporté le titre de champion de Maurice en battant les Mahébourg Flippers en finale de la Super League tandis que l’Union Sportive de Beau-Bassin/Rose-Hill a survolé le championnat féminin. Par contre, aucune équipe mauricienne n’a participé à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien et la sélection nationale est en panne depuis les JIOI de 2015.

Début décembre, 12 entraîneurs ont décroché leur diplôme de niveau 1 de la Fédération internationale de basket-ball.

Jean-Paul Rebatet, DTN : «Le travail ne fait que commencer»

Jean-Paul RebatetQuelles sont les mesures prises pour faire progresser le basket-ball ?
J’ai mis en place un programme de formation continue pour la remise à niveau des entraîneurs. Car ce sont eux qui inculqueront les bonnes bases du basket-ball aux joueurs. J’ai aussi aidé pour les cours de niveau 1 de la Fédération internationale de basket-ball. Il faut désormais mettre tout cela au profit du basket mauricien. Le travail ne fait que commencer.

Quand reverra-t-on la sélection nationale en action ?
J’ai essayé de réunir les joueurs qui souhaitaient s’entraîner en sélection, mais cela n’a pas marché. Nous travaillons sur une liste de présélection et nous allons convoquer les joueurs retenus pour un camp d’entraînement lors de la trêve de la Super League prévue pour fin janvier ou début février. Seuls ceux qui seront sérieux et assidus resteront dans le groupe, les autres devront assumer leurs responsabilités.

Avez-vous les moyens nécessaires pour mener à bon port votre mission ?
Je sais que je peux compter sur la Fédération, le ministère de la Jeunesse et des Sports et les entraîneurs du CNFBB. Nous avons besoin d’autres entraîneurs, comme Thierry Julie entre autres, pour nous épauler. On relancera aussi la sélection féminine et on compte ouvrir des antennes dans plusieurs régions de l’île ainsi qu’à Rodrigues. Pour cela, il faut la collaboration de tout un chacun.

Thierry Julie rêve de devenir coach national

Thierry Julie Ce policier de 35 ans affecté à l’IT Unit a aidé le Real de Port-Louis à reconquérir le titre de champion de Maurice. Il veut désormais entraîner les jeunes du CNFBB.

Cet habitant de Rose-Hill, qui compte quatre participations aux Jeux des îles de l’océan Indien, voulait prendre sa retraite après un 19e sacre avec son équipe afin de se consacrer à sa famille. Mais c’était avant que le DTN Jean-Paul Rebatet ne lui propose le poste d’entraîneur de la sélection nationale des moins de 21 ans. Toutefois, comme il a déjà une licence de joueur avec le Real, Thierry Julie attend d’avoir le release de son club pour que tout soit en règle et pour qu’il puisse enfin entraîner la sélection des moins de 21 ans, après avoir passé avec brio son cours de coach de niveau 1 de la FIBA en décembre.

A propos de Patrice Esmyot

Ceci peut vous intéresser

Handball - Championnats nationaux: Le CSSC déferle, l’ASPL 2000 cale

Les comités se réunissent ce mardi

Le working committee qui a pour mission de revoir certaines clauses de la constitution de ...