Accueil / Sports individuels / Cyclisme / Découverte …Le vélo : un fidèle compagnon
280217_bicycle

Découverte …Le vélo : un fidèle compagnon

Faire ses courses sans rencontrer d’embouteillage, aller prendre l’air en campagne, ou tout simplement aller travailler. Le vélo permet à tout le monde de s’évader. Les amoureux de la petite reine n’échangeraient leur bécane pour rien au monde…

Un lundi matin, nous rencontrons  Mahadev Soondur, qui est facteur. Ce dernier est un adepte du vélo depuis plus d’une quarantaine d’années. Sa meilleure amie est sa bicyclette, car elle lui permet non seulement de livrer le courrier, mais elle lui donne aussi l’opportunité de visiter l’île. C’est à l’âge de 27 ans qu’il décide de prendre de l’emploi au sein du service postal.

« À l’époque, ce n’était pas facile de trouver du travail. Et tout dépendait des vos certificats d’études », confie-t-il d’emblée. Et, quand la possibilité de devenir facteur s’est présentée à lui, cet habitant de Piton n’a pas hésité.

Pourtant, ce métier demande une certaine hygiène de vie. De ce fait, Mahadev a pris l’habitude de se lever très tôt le matin. « Je me réveille à 4 heures. » Il confie qu’il a aussi une âme de sportif, ayant  pratiqué  dès son plus jeune âge non seulement le vélo, mais aussi le foot. « Je concourais au niveau régional en cyclisme alors que j’ai déjà joué au foot en deuxième division. Et j’ai souvent eu l’occasion de défendre les couleurs des usines sucrières. »

En l’écoutant évoquer son quotidien, on ressent que Mahadev est un forçat du travail. « À l’époque, dès 8 heures du matin, vous devez être déjà en selle avec votre sac pour la distribution du courrier. Dès 7 heures, il fallait être sur place pour organiser le travail et vous faciliter la vie », ajoute-t-il en souriant. Il avance qu’auparavant, le travail était plus exigeant. « Nous avions beaucoup plus de lettres et de colis à livrer.»

Mahadev Sonndur
Mahadev Sonndur a fait
de sa passion du vélo son métier.

Et grâce à son vélo et à ses jambes de sportifs, il parcourait les coins et recoins de Port-Louis. « J’ai fait la rue Desforges, les Salines, Plaine-Verte, la région portuaire et maintenant, je travaille dans la région de Roche-Bois. »

Il confie qu’il lui fallait sprinter au vélo pour finir au plus vite sa première livraison. « Il fallait être de retour avant 11 heures. Car après le déjeuner, il fallait de nouveau se remettre en selle pour aller livrer la deuxième partie du courrier. » Ce n’est que vers 15h qu’il pouvait, le travail terminé, pousser un ouf de soulagement. De ses années de vélo, Mahadev Soondur a aussi connu des aventures et des mésaventures. « Notre pire ennemi c’est le chien. » Toutefois, il raconte avoir été étonné par le comportement d’un de ces quadrupèdes. « Je me souviens d’un labrador, qui venait prendre le courrier de la boîte pour le remettre à son maître. Dans un premier temps, j’étais paniqué, car je pensais que le chien allait le déchirer. »

À présent, notre facteur livre le courrier à moto. « C’est surtout à cause de la distance. N’empêche, je sors aussi le vélo de temps en temps, histoire de ne pas perdre les pédales… »

40 ans à pédaler

Shyamdeo Hookoom
Shyamdeo Hookoom a toujours fait son travail à vélo et avec passion.

Il n’est pas le seul à vouer une passion pour la petite reine. Shyamdeo Hookoom avait aussi associé le vélo à son métier. Ce dernier travaillait comme ‘marchand de lait’ dans les rues de Port-Louis. Ce métier, qu’il a exercé pendant plus de 40 ans, lui a aussi permis à rencontrer des gens. « Je me réveillais à 4 heures tous les matins pour aller chercher le lait frais à Caroline. Et ce n’est qu’à partir de 7 heures que je commençais la livraison. » Et, c’est le vélo qui lui permettait de se faufiler entre les voitures pour arriver le plus tôt possible chez ses clients. « Avec ce métier, il n’y avait pas de congé. Tous les jours, il fallait livrer le lait, qu’il vente ou qu’il pleuve. » Néanmoins, il aimait ce qu’il faisait et cela se ressentait dans sa manière de faire son boulot, toujours avec le sourire.

Et, ils ont aussi été nombreux à partir à l’aventure à vélo. Comme nous le raconte notre collègue Naushad Korimdun. Il a tenté, en octobre 1983, de faire le tour de Maurice. « Et nous avons réussi. » Il confie que tout est parti d’une idée entre cousins. « Nous étions âgés entre 17 et 19 ans. Insouciants, nous voulions tenter cette aventure. » Il raconte qu’ils ont débuté leur périple un samedi à 17h30 à Terre-Rouge. « Nous avons par la suite pris la direction de Belle-Mare, tout en longeant le littoral du Nord. Nous avons passé quelques heures sur la plage afin de nous reposer. Ce n’est que le dimanche matin que nous avons repris notre tournée. »

Il se souvient de s’être arrêté près d’une boutique, à Deux-Frères, pour écouter à la radio le reportage en direct des courses. « C’était la première fois que Noble Salute remportait la Coupe d’Or. » Puis, le groupe a pris la direction de Blue Bay pour se reposer avant d’entamer le retour sur Terre-Rouge. « Je me souviens que nous avions eu très froid à Nouvelle-France et nous tombions aussi de sommeil. Ce n’est qu’à 4h30, lundi matin, que nous sommes rentrés. En tout cas, cela a été une expérience formidable. »

Ce qui est sûr, c’est que tous ceux qui aiment le vélo, l’aimera jusqu’à la fin de leurs jours…

Les adresses utiles

280217_bicycleTrois adresses s’imposent pour ceux qui veulent prendre du bon temps sur des vélos de grandes marques. Le premier lieu est à Curepipe avec le magasin du Bike. Les revendeurs confient que les vélos, qui sont les plus demandés en ce moment, sont de la marque Scott. Ils ajoutent aussi que ce sont les vélos de VTT qui sont les plus prisés. Un vélo, apprend-on, coûte environ Rs 27 000. Les gants se vendent à Rs 900 la paire et le casque à Rs 1 800. Ils renchérissent en disant qu’il y a même un petit groupe de coureurs qui se réunissent les mardis et les jeudis. Ces derniers couvrent différents parcours. Quant aux vélos de compétition, la marque Scott coûte Rs 32 000 alors que la marque Look, qui est en carbone, coûte Rs 80 000. Aussi, Emcar Sports propose quelques marques dont Cannondale. Marque très prisée par les vététistes et les coureurs. Ce vélo fait pour les sportifs coûte quelque Rs 90 000. Et, du côté du Bike World, à Bell-Village,, ce sont les vélos de la marque Hercules qui vont le plus parler d’eux. Ils coûtent Rs 3 000 à monter. Toutefois, les revendeurs ajoutent aussi qu’ils proposent d’autres vélos tels que le Merida, qui coûte Rs 22 000.

Aurélie Halbwachs-Lincoln : la fierté mauricienne de la petite reine

210217_aurelieEn ce début d’année, Aurélie Halbwachs-Lincoln a réalisé le rêve de plusieurs adeptes de vélo. Celui de remporter les deux épreuves des Championnats d’Afrique. En effet, le 16 et le18 février dernier, la cycliste a remporté l’or au contre-la-montre individuel et lors de la course en ligne. Un exploit jamais réalisé jusqu’ici par un Mauricien. Grâce à la petite reine, elle a mis tout le monde d’accord. Comme elle, ils sont plusieurs locaux à avoir  fait flotter fièrement le quadricolore. On se souvient des différentes médailles obtenues par les cyclistes, de Colin Mayer à Yannick Lincoln, lors des Jeux des îles de l’océan Indien. Ou encore, l’exploit jamais égalé de Gabriel Anazor, celui de remporter le Tour de La Réunion.

Les Pays-Bas, premier dans le monde

Selon une étude publiée par GloboMeter, ce sont les Pays-Bas qui possèdent le plus grand nombre de vélos par tête d’habitant. Il revient même que plus de 95 % de la population néerlandaise à un vélo à la maison et s’en sert quotidiennement. Suivent le Danemark et l’Allemagne.

L’Aerovelo Eta, le vélo le plus rapide du monde

280217_etaNe cherchez plus. Nous avons trouvé le vélo le plus rapide au monde. Il est vrai qu’en le voyant pour la première fois, vous pensez que c’est un gros suppositoire. Et non ! C’est l’Aerovelo Eta. En effet, caché dans son cocon se trouve un vélo. Il faut savoir que le cycliste pédale presque allongé et contrôle ses mouvements et sa trajectoire grâce à des écrans et des caméras qu’il visionne dans sa bulle. Le créateur de cet engin, Todd Reichart, a mis l’accent sur l’aérodynamisme. Il faut savoir que le vélo a établi un record du monde en septembre dernier au Nevada en atteignant une vitesse de 144,17km/h.

Le vélo fait maigrir

280217_maigrirQu’il s’agisse du vélo d’appartement ou celui de l’extérieur, le vélo permet à son adepte de perdre du poids rapidement. C’est aussi une méthode pour lutter contre le stress tout en découvrant la beauté du paysage mauricien. Il y a même quelques programmes qui sont utilisés pour aider le cycliste à perdre du poids. Ici, on peut parler d’une sortie courte, à jeun, par semaine entre 45 minutes et une heure. Ou encore, on peut mettre l’accent sur trois entraînements de vélo de 60 minutes par semaine, tout en alternant une minute à allure lente et quatre  minutes à allure soutenue.

A propos de Hansa Nancoo

Ceci peut vous intéresser

Dinesh Pandoo s’entraîne sérieusement en vue des Mondiaux thaîlandais.

Haltérophilie – Championnats du monde jeunes : la grande première de Pandoo

Dinesh Pandoo défendra les couleurs de Maurice  pour la première fois  aux Championnats du monde ...