Le sport & la femme - Aurélie Halbwachs-Lincoln : Ça roule pour elle

By DefiSports Mercredi 08 Février 2017 Sports individuels , Cyclisme , O commentaire 6 views

Elle vit sa vie à cent à l’heure entre le vélo, sa famille et le boulot. Aurélie Halbwachs-Lincoln n’a plus vraiment une minute à elle. Toutefois, sa capacité à gérer son quotidien lui permet de souffler. Dans quelques jours, elle ira défendre les couleurs de Maurice aux Championnats d’Afrique en Égypte.

Posée et souriante, Aurélie Halbwachs-Lincoln représente la vitrine du Synergy Sports and Wellness Institute, à Helvétia. Responsable du centre sportif, elle n’hésite pas à quitter son bureau pour répondre aux questions des nombreux adhérents du centre. On la connaît surtout pour ses médailles récoltées au niveau africain. Elle n’a jamais déçu ceux qui ont placé leurs espoirs en elle.

Pourtant, c’est à 17 ans qu’elle a débuté sa carrière sportive. « Mon père, qui était champion de Maurice chez les vétérans, et mon frère, qui était, lui, champion de Maurice cadet, m’ont initiée à cette discipline. Et, quand mon frère a arrêté pour se consacrer au rugby, j’ai pris ses chaussures, qui étaient trop grandes et son vélo, pour commencer ce sport. »

Si, dans un premier temps, elle n’aimait pas la compétition, petit à petit, elle y a pris goût, surtout en allant en sport-études en France. « J’ai pu avoir un vélo et des chaussures à ma taille. » Elle soutient qu’elle doit sa culture du vélo à son époux, Yannick Lincoln. « Il était dans le bain depuis tout jeune, contrairement à moi. » De retour à Maurice, il faut dire qu’elle a dû s’adapter à un monde très masculin. « Quand j’ai débuté, il y avait un peu plus de femmes, avec Valérie Gérard, et les St Louis, et j’ai évolué non pas selon mon âge, mais selon mon niveau. Passant de minimes, cadets, à élites. J’espère qu’avec le temps, il y aura plus de femmes participeront. »

Aurélie Halbwachs-Lincoln avec sa fille Lana.

Justement, elle voit d’un très bon œil l’initiative de la fédération à inclure les femmes aux prochains Jeux des îles. « Mais, il y a un gros travail à faire derrière. Le vélo, il faut aussi un gros investissement. Il faudra créer un centre d’entraînement qui mettra des vélos à la disposition de ces jeunes femmes. » Elle soutient justement le travail effectué par le club du Faucon Flacq, qui initie les jeune femmes à la compétition. Sociétaire de Moka Rangers, Aurélie avance qu’elle aidera à promouvoir le VTT. « On développe le VTT parce que nous avons les épaules pour cela. On est confiant d’aider les jeunes. »

Pour cette ancienne médaillée d’or en Afrique, hormis le vélo, elle voue une passion sans bornes à sa famille, surtout envers sa petite Lana. « Ma priorité reste ma petite. On fait tout pour qu’elle se sente bien. Il faut dire que j’ai un époux qui me comprend. Et puis, tout est une question de temps et d’équilibre. Et pour le moment, on semble l’avoir trouvé petit à petit. »

La petite reine du vélo mauricien confie qu’elle a aussi la chance de travailler dans un environnement qu’elle apprécie beaucoup. « J’aime mon travail, qui est plus qu’un besoin financier, comme pour tout le monde. Mais, il me permet aussi de m’épanouir. » Elle soutient aussi qu’elle a l’occasion de profiter des infrastructures du centre pour se préparer en vue de la nouvelle saison. « Pour un sportif, c’est l’idéal de travailler dans un tel cadre. »

En tout cas, elle a encore de longues années de vélo devant elle…

Ses plus beaux souvenirs - Sa médaille d’or et les Mondiaux

Elle est le seul élément féminin à avoir décroché la médaille d’or lors des Championnats d’Afrique sur route. C’était au contre-la-montre en 2006. Ce titre restera toujours gravé dans sa mémoire.

« J’affectionne le contre-la-montre, car il faut faire un effort individuel. Et obtenir l’or sur ce parcours était un peu inattendu, car c’était la première fois que je défendais les couleurs de Maurice. » Aussi, elle gardera en mémoire sa victoire lors du Cape Epic en binôme avec Yannick Lincoln. « Ma 14e place lors des Championnats du monde est aussi un très bon résultat, surtout avec les sacrifices consentis. »

Championnats d’Afrique en Égypte - La peur au ventre

Aurélie Halbwachs-Lincoln confie qu’elle a des appréhensions en vue des Championnats d’Afrique, qui se tiendront la semaine prochaine en Égypte. « Je ne suis pas trop sereine surtout quand on entend qu’il y a des bombes qui explosent dans ce pays. Mais, il y a aussi l’aventure d’un autre côté qui nous attire. Je ne sais pas si on aura l’occasion d’aller visiter un peu le pays. » Mais, en ce qu’il s’agit de la compétition, associée à Kimberley Le Court de Billot, les deux Mauriciennes auront un coup à jouer.

Cela peut vous intéresser