Les athlètes à suivre en 2018

By DefiSports Samedi 06 janvier 2018 Athlétisme O commentaire 0 views

Aurélie Halbwachs-Lincoln (cyclisme) : une couronne à défendre

Aurélie Halbwachs-Lincoln tentera de rééditer son exploit de 2017 en Égypte, lors des Championnats d’Afrique sur route. La cycliste mauricienne avait décroché deux médailles d’or dans le contre-la-montre individuel et la course en ligne. En 2018, c’est au Rwanda que la reine d’Afrique remettra sa couronne en jeu du 12 au 18 février. Outre les championnats africains, Aurélie Halbwachs-Lincoln fera aussi le saut en Australie pour les Jeux du Commonwealth, en avril 2018. De plus, la championne d’Afrique sera aussi engagée dans les épreuves de vélo-tout-terrain (VTT), où elle a tout raflé la saison dernière.

Team MCB (cyclisme) : plus vite, plus haut

Après ses bonnes performances de 2017, la Team MCB espère franchir un nouveau palier cette année. Les hostilités démarreront en janvier au Gabon avec la Coupe des nations, connue aussi comme le Tour de l’espoir, réservé aux moins de 23 ans. Par la suite, le prochain objectif sera les Championnats d’Afrique au Rwanda, en février. En août, les élites de la Team MCB seront en action sur le Tour de La Réunion, tandis que les moins de 23 ans seront sur les routes de France, dans le cadre du Tour de l’Avenir. La saison de la Team MCB prendra fin en septembre avec la 37e édition du Tour de Maurice, prévue du 4 au 9.

Kate Foo Kune (badminton) : une suprématie à conserver

Kate Foo Kune entend bien défendre bec et ongle son titre de Championne d’Afrique en février. Elle souhaite aussi pouvoir être compétitive sur la scène européenne. « J’espère assurer la défense de mon titre en Algérie, pour rester la Championne du continent. Je vise également une bonne performance dans la ‘Uber Cup’, afin de pouvoir passer la phase qualificative. Ces tournois m’aideront à me préparer adéquatement afin d’aborder les Jeux du Commonwealth, en avril, dans les meilleures dispositions. Mon objectif en Australie reste une place sur le podium. Comme je maîtrise mieux mon système de jeu à présent, je souhaite me montrer à la hauteur face aux adversaires européens », confie la sociétaire du club allemand TSV Trittau.

Julien Paul (badminton) : poursuivre l’ascension

Julien Paul a connu une année riche en bonnes performances en 2017. Ce qui lui a permis de remporter le Volant d’or africain avec 17320 points au classement. Pour 2018, le meilleur badiste mauricien espère continuer sur sa lancée aux niveaux continental et international. « Je veux faire une bonne performance en individuel aux Championnats d’Afrique, sans oublier les Jeux du Commonwealth, en Australie. De plus, 2018 sera une étape importante dans la préparation pour les Jeux des îles de 2019 », confie le joueur.

Jessika Rosun (lanceuse de javelot) : «Repousser mes limites»

La médaillée d’or des Jeux des îles 2015 revient d’un stage long de trois mois en Italie. Elle aura deux compétitions phares à se mettre sous la dent en 2018, notamment les Jeux du Commonwealth en avril, ainsi que les Championnats d’Afrique en août. «  C’est avec plus d’assurance et beaucoup de motivation que j’entame la saison 2018. Pour les Jeux du Commonwealth à Gold Coast, du 4 au 15 avril, je reste très réaliste car je suis consciente que cette compétition réunira des lanceuses de niveau mondial. Mon objectif sera d’améliorer mon rang, soit faire mieux que 12e. Toutefois, je vise une place sur le podium pour les Championnats d’Afrique 2018 au Nigéria. Il faudra certes repousser mes limites, mais je vais me donner les moyens d’y arriver », laisse entendre Jessika Rosun.

Noemi Alphonse (athlétisme - handisport) : une finale à Gold Coast à sa portée

Noemi Alphonse est la seule handisportive mauricienne qualifiée pour les Jeux du Commonwealth, en Australie. En avril prochain, à Gold Coast, elle s’alignera sur le 1500m, dans la catégorie T54. C’est grâce à son classement sur la distance qu’elle a décroché son billet. En effet, en mai 2017, la Mauricienne avait réalisé un chrono de 3 minutes 51 secondes et 84 centièmes en Suisse. Une performance qui lui a valu la sixième place au classement du Commonwealth. En Australie, elle vise une participation en finale. Un objectif qui est dans ses cordes, selon son entraîneur Jean-Marie Bhugeerathee. « Elle devra pouvoir terminer les 1500m en 3m30s pour atteindre la finale. Nous travaillons intensément et nous prévoyons deux déplacements en début d’année pour nous situer et savoir quelles sont les améliorations à apporter », explique-t-il.

Merven Clair (boxe) : ne pas rater le coche

Le boxeur d’origine rodriguaise est passé tout près de son objectif de 2017. Il s’est malheureusement incliné en finale des Championnats d’Afrique, face à  l’Ougandais Kakande Muzamiru, en moins de 69 kg. « On a un programme d’entraînement très chargé avec le Directeur technique national, Roberto Ibanez Chavez. L’objectif est certainement de remporter l’or aux Jeux du Commonwealth », affirme-t-il. Le médaillé d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien de 2015 était retourné dans sa catégorie des moins de 69 kg, où il se classe 16e au niveau mondial.

Kennedy St Pierre (boxe) : remonter la pente

L’année 2017 est à mettre aux oubliettes pour Kennedy St Pierre. Grand favori et classé tête de série numéro un chez les moins de 91 kg  lors des Championnats d’Afrique, Il n’a pas fait le poids face au Congolais Yannick Pembouabeka, en se faisant sortir au premier tour. Médaillé d’argent aux derniers Jeux du Commonwealth et quart de finaliste aux jeux Olympiques de 2016, à Rio, Kennedy St Pierre a la capacité de rebondir et de retrouver son meilleur niveau pour le rendez-vous d’avril en Australie. Ce gaillard a toujours surpris plus d’uns en réussissant des performances remarquables après une période creuse. Il est toujours 9e mondial chez les moins de 91 kg et il peut tenir son rang en remportant l’or lors des Jeux du Commonwealth.

Bradley Vincent (natation) : le meilleur est à venir

Il est devenu le premier nageur mauricien à passer sous la barre des 22 secondes sur 50m nage libre. C’était le vendredi 28 juillet 2016 à la piscine de Duna Arena, à Budapest, quand il remporté sa série lors des Championnats du monde. Bradley Vincent est focalisé sur les Jeux du Commonwealth, où il espère réaliser d’autres bonnes performances. « J’ai accédé aux demi-finales aux 50m et 100m nage libre lors des derniers Jeux du Commonwealth. Je vise une place en finale lors de l’édition 2018 en Australie, et pourquoi pas, une
médaille cette fois ? », dit-il sérieusement.

Fabrice Bauluck (kick-boxing) : une année tremplin

Fabrice Bauluck n’aura pas une année aussi chargée que 2017. Cependant, il compte utiliser 2018 pour progresser davantage, afin d’avoir les meilleures chances de défendre son titre mondial en 2019. Pour 2018, le tireur aura pour compétition majeure la Coupe du monde de kick-boxing en Italie, en juin. Il devrait également participer aux Championnats d’Afrique. Le lieu et la date de cette compétition n’ont cependant pas encore été officialisés. Par ailleurs, la Fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées prévoit également d’organiser un tournoi durant lequel Fabrice Bauluck combattra pour une ceinture professionnelle de la WAKO. « Ce sera une année importante, car je vais devoir m’entraîner très dur. Je peux progresser davantage. Si je veux pouvoir être dans les meilleures conditions pour défendre mon titre de champion du monde en 2019, je vais devoir redoubler d’effort, car le niveau mondial ne cesse de s’améliorer », explique le tireur âgé de 30 ans.

Ketty Lent (Haltérophilie) : Buenos Aires en ligne de mire

Ketty Lent aura une année chargée en 2018. Après avoir brillé en 2017, la jeune femme participera en mars prochain aux Championnats d’Afrique Youth et juniors en Égypte. Cette compétition est qualificative pour les jeux Olympiques de la Jeunesse, qui se tiendront à Buenos Aires, du 6 au 18 octobre 2018. Elle tentera donc de valider son billet pour cette compétition. Par ailleurs, elle sera également en action aux jeux du Commonwealth (4-15 avril). Un podium sera difficile pour cette haltérophile qui évolue dans sa dernière année chez les youth. Elle se retrouvera face à des athlètes seniors. Elle en profitera cependant pour gagner en expérience.

Roilya Ranaivosoa (haltérophilie) : un podium à Gold Coast

Roilya Ranaivosoa peut briller aux Jeux du Commonwealth en Australie, en avril prochain. À Gold Coast, elle peut espérer terminer sur le podium. En effet, dans la catégorie des moins de 48kg, l’haltérophile est classée deuxième du Commonwealth, tandis qu’elle est troisième dans la catégorie des moins de 56 kg. La couleur de sa médaille dépendra de la catégorie dans laquelle elle s’alignera. Si la médaille d’or semble difficile à atteindre dans les deux catégories, chez les moins de 48 kg, sa catégorie de prédilection, elle peut prendre l’argent. En novembre, elle pourrait également être la représentante mauricienne aux Championnats du monde, qui se tiendront à Ashgabat, au Turkmenistan.

Ranini Cundasawmy (Muay thaï) : deux échéances majeures

La nak muay Ranini Cundasawmy aura deux échéances majeures en 2018. Elle se prépare activement pour conserver sa ceinture WMF, en mars à Bangkok. En novembre, c’est en Argentine qu’elle devra défendre une autre de ses couronnes, à savoir le titre mondial WKF. Elle compte également passer professionnelle dans sa discipline. « Il ne me reste plus que trois mois avant de remonter sur le ring à Bangkok pour conserver mon titre mondial WMF. En novembre, je ferai le déplacement en Argentine pour défendre mon titre de championne du monde WKF. 2018 sera aussi l'occasion pour moi de passer pro. Il me faudra, pour cela, enchaîner le maximum de combats à ce niveau », explique la championne du monde en titre.

Jordy Vadamootoo (boxe) : un exploit à rééditer

Médaillé d’or aux Championnats d’Afrique en juin 2017 au Congo-Brazzaville, Jordy Vadamooto espère refaire le coup lors des Jeux du Commomwealth, prévus à Gold Coast en Australie, en avril.

Le pugiliste est d’attaque pour 2018. « Je vise encore plus haut. Je m’entraîne très dur malgré les difficultés et vu que je n’ai pas encore de travail fixe. J’espère être en mesure de ramener une nouvelle médaille d’or pour Maurice », dit-il. Jordy Vadamootooa a connu une ascension fulgurante depuis son sacre lors des Jeux des îles de l’océan Indien, en 2015 à La Réunion. Il se classe actuellement 15e mondial chez les moins de 56 kg.

Cela peut vous intéresser