Loreen Davy ne conçoit pas sa vie sans le sport.

Loreen Davy : passionnée de basket-ball et de foot

By Patrice Esmyot Lundi 10 Juillet 2017 Football , Football Local , O commentaire 0 views

Basketteuse chevronnée, qui compte neuf titres de championne en compagnie de ses coéquipières du Hoop de Beau-Bassin/Rose-Hill, Loreen Davy est secrétaire administrative de la Mauritius Football Association, attachée à la direction technique nationale. Le sport a une place prépondérante dans sa vie.

« Je suis une mordue du sport. En tant que joueuse de basket-ball, secrétaire du Directeur technique national de football, fan de plusieurs équipes à Maurice et à l’étranger, je passe 90 % de mon temps dans le sport », confie Loreen Davy.

Elle est tombée dans la marmite très jeune, à l’âge de huit ans. Son père Alain Davy était alors entraîneur de l’équipe de football du Plaisance Spoutnik Sports Club. « Cela ne pouvait pas être autrement, toute ma famille est immergée dans le sport. J’assistais aux entraînements et un jour, je me suis lancée », indique la jeune femme de 29 ans. Ce club avait, alors, aussi une équipe de basket-ball, et la petite fille en a profité pour marquer ses premiers paniers. Elle s’est entraînée avec les garçons, car il n’y avait pas d’équipe féminine à l’époque.

Loreen Davy a aussi fait de l’athlétisme quand elle fréquentait le collège Eden de Rose-Hill. Elle a concouru en 400m haies lors des Jeux intercollèges. Elle pratiquait toujours le basket et le foot en parallèle. Le tournant de sa carrière sportive est survenu en 2004. « J’ai été sélectionnée pour les Jeux de la CJSOI et depuis, j’ai décidé de me consacrer à 100 % au basket-ball », se souvient Loreen Davy.

Elle a eu une riche carrière de basketteuse, couronnée de neuf titres de championne de Maurice avec les Hoops de Beau-Bassin/Rose-Hill. Elle a aussi remporté une médaille de bronze lors des Jeux des îles de l’océan Indien en 2011 alors qu’elle était la capitaine de la sélection nationale. Sans compter ses deux médailles d’argent et trois de bronze glanées lors de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien.

Loreen Davy a travaillé dans l’animation sportive et avec les enfants dans les hôtels avant de décrocher le poste de secrétaire administrative auprès du Directeur technique national de football en 2016. « Je fais le suivi de plusieurs projets avec les jeunes, les championnats régionaux et la COSAFA Cup, entre autres. Cela me permet d’acquérir beaucoup d’expérience », confie-t-elle.

Fan de Chelsea et des New-York Knicks

Cette fan de l’équipe de football de Chelsea et de son joueur David Luiz, et aussi de l’équipe de basket-ball des New York Knicks et du basketteur Carmelo Anthony, suit les événements sportifs à Maurice et à l’étranger. « Je vais souvent assister aux matchs de foot à Maurice, que par plaisir, en compagnie de mon copain. Et, à part le foot et le basket, j’aime bien le tennis. Je regarde les rencontres de Wimbledon à la télé en ce moment. Je suis une mordue du sport et je suis devant le petit écran lors des grands événements sportifs tels que les jeux Olympiques, les Championnats du monde ou autres », indique Loreen Davy.

Le sport c’est toute sa vie et elle souhaite que les jeunes attrapent aussi le virus.

« Cela a été un échappatoire qui m’a aidée à me relever lors des moments difficiles et qui m’a tenue loin des fléaux tels que la drogue. J’ai aussi fait de belles rencontres, et j’ai passé des moments inoubliables grâce au sport. Je conçois qu’il faudrait aussi qu’on propose des projets qui allient sports, études et formations pour que les jeunes s’impliquent davantage », dit Loreen Davy.

Terminer sa carrière lors des JIOI de 2019

Toute bonne chose a une fin. Loreen Davy projette de mettre un terme à sa carrière sportive dans deux ans. « Arrivée la trentaine, on commence à penser à autre chose. Je veux disputer les JIOI à Maurice en 2019 et ce sera ma dernière compétition en tant que joueuse. Je resterai dans le basket en tant qu’entraîneur ou en assumant d’autres fonctions », dit Loreen Davy. Elle est très remontée contre le manque de considération pour le basket féminin. « On ne fait pas grand-chose pour assurer la relève. Il y a pourtant beaucoup de jeunes qui ont du potentiel. On encadre beaucoup les garçons. Mais, la sélection nationale masculine n’a jamais remporté de médaille aux JIOI, alors que les filles ont décroché le bronze deux fois en 2003 et 2011 », indique-t-elle.

Soirées foot en famille

Les week-ends c’est football dans la famille Davy. Tous sont réunis pour suivre les rencontres de la Premier League. « La télé est réquisitionnée les week-ends et il n’y a que le football au programme. On est tous devant le petit écran pour suivre les matchs. On organise des soirées lors des grandes occasions telles que les finales. C’est aussi un moyen pour les membres de la famille de se rencontrer et se parler », nous dit Loreen Davy.

Cela peut vous intéresser