Elle est l’une des meilleures joueuses mauriciennes de tennis en fauteuil roulant.

À coeur ouvert...Véronique Marisson : celle qui ne baisse jamais les bras

By Muhamodsaroar Lundi 22 janvier 2018 Sports individuels , Tennis , O commentaire 0 views

Championne de Maurice pendant de nombreuses années, notamment en tennis fauteuil roulant (1995-2013 et en 2015), Véronique Marisson a aussi remporté la médaille de bronze aux Jeux des Îles de l’océan Indien, en 2003 aux 800 mètres fauteuil. En plus d’être la secrétaire de la 'Physically Handicapped Persons Sports Federation', Véronique est membre de l’association 'Women with Disability' et la 'Voice of Disabled Person International', et enseignante de comptabilité et de catéchisme au Collège Lorette de Mahébourg.

Racontez-nous votre parcours dans le sport…
C’est au collège que mon enseignante d’éducation physique, Monique Roux, m’a introduite au sport. Elle m'a beaucoup inspirée en me faisant comprendre que même les handicapés pouvaient aller très loin dans ce domaine. J'ai d’abord commencé par la musculation avant de me joindre à l’équipe de basket-ball. J'ai ensuite joué au tennis en fauteuil pour ensuite découvrir l'athlétisme où j'ai décroché la médaille de bronze, en 2003, aux Jeux des Îles de l'océan Indien. En 2006, j'ai quitté l'athlétisme et je suis retournée vers le tennis en fauteuil, un sport que j'aime et qui m'a fait découvrir beaucoup de choses.

Une compétition qui vous a marquée ?
C’est la compétition de tennis en fauteuil que j'ai disputée, en Russie, en octobre 2014. Une compétition de haut niveau où j'ai rencontré beaucoup de gens, où je me suis fait beaucoup d'amis. J’ai pu atteindre les quarts de finale en double dames. Une belle expérience malgré le froid.

Votre plus grande déception ?
Je vais dire que c’est plutôt… ceux qui se servent des handicapés pour atteindre leurs objectifs. 

La plus belle chose qui vous est arrivée ?
C'est mon filleul de deux ans, Hugo Marisson, C'est le fils de mon cousin et à chaque fois que je le vois, que je l’entends, il me fait sourire. Il est porteur d'espoir.  

Votre souhait le plus cher ?
Que ceux qui n'ont aucun handicap reconnaissent la valeur des handicapés. Nous ne voulons pas de la pitié, mais d’un coup de pouce, afin que nous puissions progresser et devenir indépendants.

La place de Dieu dans votre vie ?
La première place ! C'est grâce à lui que j'existe et que je suis forte.

Si vous aviez le pouvoir de changer le monde ?
Si j'avais ce pouvoir, je ferais de l’univers un lieu rempli d’amour avec des gens qui aient plus de pensées positives à l’égard de leurs prochains. Bref, un monde où il fait bon vivre !

Si vous accédiez au poste de ministre de la Jeunesse et des Sports, quelles seraient vos priorités ?
J'aurais donné plus de facilités en termes de budget financier et de transport aux handicapés qui pratiquent le sport. Comme pour le football à Maurice.

Votre péché mignon ?
Les sucreries (rires).

Ce qui vous attire le plus chez un homme ?
Son caractère avant tout. Je ne crois pas au coup de foudre. Je pense que cela n'existe pas, même si c'est vrai que l'attirance existe. J’estime qu'il faut apprendre à connaître la personne pour pouvoir l'aimer.

Votre week-end idéal ?
Hors de Maurice. Disons à Rodrigues ou La Réunion et sans mon portable !

Votre artiste préféré ?
Céline Dion.

Votre style de musique ?
Le slow, tout ce qui est romantique quoi…

Vous chantez ?
Oui, même si je n'ai pas une belle voix. Je chante à la messe, sous la douche et surtout dans des soirées karaoké pour le fun, bien sûr.

Votre plat préféré ?
Steak & Chips.

Votre équipe de football préférée ?
J'aimais l'équipe de foot du Brésil, mais depuis la défaite, en finale de la Coupe du monde, en 1998, où elle a perdu face à la France, j'ai été déçue au point de ne plus regarder aucun match.

Votre animal préféré ?
Le chien. J’en ai un que j’aime beaucoup.

Vos attentes du sport mauricien ?
Qu'il y ait plus de professionnalisme que ce soit au niveau du coaching, administratif ou du ministère. Que le ministère ait davantage de confiance en la capacité et les qualifications des Mauriciens.

Une citation qui vous inspire ?
La joie du Seigneur, c'est ma force !

Carte de visite

Nom : Marie-Christine Arielle Véronique Marisson
Âge : 41 ans
Profession : Enseignante de comptabilité
Situation de famille : Célibataire
Sport : Tennis en fauteuil

Cela peut vous intéresser