Jean-Marie Malépa

Handisport - Meeting international d’athlétisme de Marrakech, Maroc : Malépa veut des explications

By Ashfaq Muhamodsaroar Samedi 12 janvier 2019 Sports individuels O commentaire 0 views

Le président de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation cherche des éclaircissements sur le processus de sélection pour le rendez-vous marocain (21-28 avril). L’exercice n’est pas clair, selon lui.

Pas sur la même longueur d’onde. Jean-Marie Malépa ne s’explique pas que les spécialistes de la course en fauteuil Cédric Ravet et Brandy Perrine aient été sélectionnés pour le meeting de Marrakesh. « Le Mauritius Paralympic Committee avait demandé d’envoyer le nom d’un athlète et d’un coach pour la sélection. Cependant, alors que j’étais en Égypte en décembre dernier, j’ai rencontré le président de la fédération marocaine, qui m’a dit que c’est l’instance nationale qui s’occupait de la sélection. Il m’a dit que Cédric Ravet et Brandy Perrine allaient faire le déplacement », explique-t-il. Ce que récuse le président du Mauritius Paralympic Committee (MPC).

Jean-Marie Malépa demandera des éclaircissements au MPC. « Si c’est l’International Paralympic Committee qui a choisi, c’est une chose. Par contre, si le choix est revenu au MPC, il y a un gros problème. Selon moi, mes athlètes Denovan Rabaye et Ashley Telvave auraient mérité d’être sélectionnés. Aussi, en tant que membre du MPC, je ne comprends pas comment Noemi Alphonse puisse ne pas faire partie de la sélection, étant donné qu’elle est la meilleure athlète pour la course en fauteuil », explique le président de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF).

Krisley Appadoo, président du MPC, souligne qu’il n’a pas reçu de correspondance lui indiquant quels athlètes ont été choisis. « Chaque fédération a rempli son formulaire et nous les avons transmis à l’AGITOS. C’est cette fondation de l’IPC qui choisit les athlètes qui participeront à la compétition. Cependant, au niveau du MPC, nous n’avons pas encore été informés si le choix a été finalisé. C’est bien l’IPC qui a le dernier mot, à travers la fondation AGITOS », explique-t-il.

Cela peut vous intéresser

Jeux des Iles 2019