Journée internationale des femmes : Elles portent plusieurs casquettes dans le sport

By . DefiSports Vendredi 08 Mars 2019 Athlétisme O commentaire 0 views

Être épouse, mère, employée, sportive ou dirigeante d’une fédération ou entité ayant trait au sport. Ces femmes jonglent avec ses rôles dans la vie de tous les jours. Certaines sont fières de pouvoir le faire et d’autres croient qu’elles sont trop peu nombreuses à se jeter à l’eau.

Priscilla Chéry : «Continuez à croire en vos rêves»

Considérée comme la grande dame du judo mauricien, Priscilla Chéry a connu une riche carrière sur les tatamis. Médaille d’or aux Jeux d’Afrique au Zimbabwe en 1995. Elle consacre sa vie entièrement au sport. Sa valeur et ses compétences ont été récompensées en 1997, décorée de la President’s Distiguished Service Medal par le président de la République de Maurice de l’époque. Possédant plusieurs cordes à son arc, l’ancienne judokate a partagé son savoir en tant qu’entraîneur national jusqu’en octobre 2017.

Forte de ses 24 ans de service en tant que Senior Sports Officer au ministère de la Jeunesse et des Sports, Priscilla Chéry a tenu à faire passer un message à la gente féminine. «  Continuez à croire en vos rêves et ne baisser jamais les bras. Tout le monde a droit au bonheur et à travers la persévérance, nous pouvons aller très loin. Ne souffrez plus en silence », confie l’ancienne judokate.


Sheila Seebaluck : «Ne vous perdez pas dans votre lutte pour l’égalité»

Le nom de Sheila Seebaluck figure toujours au tableau des records de l’athlétisme mauricien. Cette ancienne championne détient le record du 800 et 4x400m. Après avoir participé à plusieurs compétitions d’envergure telles que les Jeux Olympiques, Jeux du Commonwealth et les Championnats du monde, elle est toujours dans le giron sportif. Agée de 54 ans, Sheila Seebaluck est la Chief Executive Officer (CEO) du ‘Trust Fund  for Excellence in Sports’ (TFES).

Pour célébrer la journée de la femme, l’experte en communication veut voir la femme poursuivre son combat pour l’égalité. « Ne vous perdez pas dans votre lutte pour l’égalité. N’ayez pas peur d’être femme avec tout ce que cela implique. C’est ce qui fait notre force », relate celle qui est devenue la première femme chroniqueuse de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) en 1994.


Isabelle Jeannot : «Il faut se donner à fond et croire en soi»

Mère d’une fille de 12 ans, Isabelle Jeannot est employée dans une agence immobilière. Elle est aussi la présidente  de la fédération mauricienne de kick-boxing et disciplines assimilées (FMKBDA) depuis 2015.  Une discipline sportive qui a permis à Maurice de remporter plusieurs titres de champions du monde en junior et senior.

« Il n’y a pas suffisamment de femmes qui pratiquent un sport et qui sont impliquées dans la gestion des fédérations sportives. Je suis l’une des deux seules qui sont présidentes actuellement. Le sport est accessible aux femmes de tous les âges. Beaucoup se disent que c’est pas pour elles et ne sont pas conscientes de leurs capacités. On doit trouver le moyen d’avoir une balance entre la famille, le travail et le sport. Je pratique une activité sportive depuis l’âge de 7 ans, et cela m’a beaucoup aidé dans ma discipline de vie. Les femmes ont autant ou plus de ressources que la plupart des hommes. Beaucoup n’arrivent pas fait la moitié de ce qu’on fait en une journée. Il faut aussi vaincre cette peur d’évoluer dans un domaine où il y a plus d’hommes que de femmes. Il faut se donner à fond et croire en soi », dit-elle.


Aurélie Halbwachs-Lincoln : «Avoir une vie équilibrée»

C’est la plus grande championne de cyclisme qu’a connue Maurice. Aurélie Halbwachs-Lincoln a brillé sur le plan local et en Afrique. Elle a remporté son premier titre de championne d’Afrique du contre-la-montre en 2006 alors qu’elle avait 20 ans. La cycliste a réussi un brillant coup en 2017. Et cela après avoir épousé le champion Yannick Lincoln et qu’elle  a eu un bébé.  Aurélie Halbwachs-Lincoln a remporté les titres de  Championne d’Afrique sur route et du contre-la-montre.

« Le plus important c’est d’avoir une vie équilibrée. C’est valable pour tout le monde. Une femme doit pouvoir s’épanouir dans sa vie de famille, dans son travail et dans son sport. Cet équilibre est primordial pour une vie réussie », dit celle qui est l’Operation Manager du Synergy Sports and Wellness Institute, à Helvétia. Elle s’occupe aussi du Moka Rangers Sports Club et elle est aussi prof’ de spinning.

Cela peut vous intéresser

Jeux des Iles 2019