Terence Saramandif : «Je continuerai à défendre le quadricolore mauricien»

By Ashfaq Muhamodsaroar Mardi 18 Décembre 2018 Sports individuels O commentaire 0 views

Du haut de ses 16 ans, Terence Saramandif a des projets pleins la tête. Il veut aider le canoë-kayak à se développer à Maurice. Il nous parle de ses projets et souligne qu’il compte continuer à défendre les couleurs mauriciennes.

Vous défendez actuellement les couleurs de Maurice. Est-ce que cela continuera une fois que vous passerez chez les seniors ?
Je continuerai à défendre le quadricolore mauricien. Cela va me permettre d’aider à développer ce sport. De toute façon, maintenant que je suis lancé pour l’île Maurice, il n’y a pas de retour en arrière possible pour concourir pour la France où un autre pays.

Après votre médaille d’or sous le drapeau mauricien, le retour en France a-t-il été difficile?
Non. Je n’ai eu aucun retour négatif. Je m’entraîne au pôle de Tours en tant que partenaire d’entraînement. Je n’ai pas eu de reproches. On ne peut pas me reprocher pour cela, car c’est un choix qui m’appartient. Je n’ai pas eu d’écho négatif. Quand je croise les athlètes français, on se parle et tout va bien. On m’encourage même.

Quels sont vos projets pour la suite de votre carrière?
Je vais préparer les prochains Championnats du monde junior et senior. Ce dernier sera le plus important, en vue d’une qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, même  si cela ne sera pas facile. Ensuite, il y a toutes les World Cups, qui me permettront d’engranger de l’expérience et de voir où j’en suis par rapport à mes adversaires. Je pense également à Paris 2024, où je serai plus âgé et expérimenté.

À 16 ans, Pensez-vous déjà à promouvoir ce sport à Maurice, en plus de votre carrière ?
Oui. J’aimerais ne plus être le seul à pouvoir faire ces compétitions et vivre ces aventures. Le but est de permettre à d’autres personnes de bénéficier d’une telle expérience. Je pense que chaque nation devrait avoir un club et même plusieurs. Je ne sais pas vraiment pourquoi je fais ça, mais je sais que je veux permettre à d’autres personnes de vivre cette expérience.

Cela peut vous intéresser

Jeux des Iles 2019